Travailler en freelance – quelle est la meilleure plateforme ?

Que ce soit pour en vivre ou pour arrondir vos fins de mois, vous vous êtes sans doute posé la question de savoir quelle était la meilleure solution pour mettre en rapport les travailleurs freelance avec les employeurs. À l’heure du « tout numérique », de plus en plus de projets en cours utilisent des freelancers du monde entier travaillant de conserve. Construire une sorte d’ « Ebay » de l’emploi freelance, où à la fois les employeurs et les indépendants peuvent se faire mutuellement des offres est loin d’être une tâche facile.

Et bing, même si techniquement on peut y arriver, il se présente rapidement des problématiques concernant la mondialisation (du personnel qualifié travaillant depuis l’Afrique ou l’Asie à des tarifs très bas par rapport à ceux des pays occidentaux, par exemple) ou la fiscalité et la législation des différents pays concernant les travailleurs indépendants.

Nous avons testé différentes plateformes et nous en avons retenu trois pour cet article : UpWorkHopwork et Twago. Évidemment, toutes les plateformes doivent être rentables et prélèvent des commissions plus ou moins importantes suivant l’importance des projets.

UpWork

Upwork1-1024x563Il s’agit de la plus importante plateforme mondiale pour les travailleurs freelance et les employeurs. Elle est basée aux États-Unis. C’est probablement celle où l’on trouve les meilleurs projets et les meilleurs freelancers. Pour l’utiliser, vous devrez bien maîtriser la langue de Shakespeare car cette plateforme n’existe qu’en anglais. Quoique les commissions soient élevées (et en constante progression, hélas), après les couacs de ces dernières années lors de la transition d’ODesk à UpWork notamment, le système est complet et relativement fiable. Une application permettant aux employés d’enregistrer leurs heures et aux employeurs de surveiller la progression du travail peut même être installée en local, ce qui est pratique.

Mais tout ceci ne constitue pas l’intérêt principal d’UpWork. À notre connaissance, UpWork est la plateforme où il y a le plus d’offres. Donc, même mal payé, il y a du boulot pour ceux qui en cherchent. Pour les gestionnaires de projets, il y a du personnel hautement qualifié pouvant être embauché pour une bouchée de pain… Bref, UpWork est la meilleure solution si vous n’avez pas peur de la mondialisation.

Hopwork

Hopwork se veut un remake d’UpWork en essayant de pallier les défauts de ce dernier. Le but, qui peut sembler absurde à l’heure d’Internet, est de pouvoir employer un freelancer « près de chez vous ». Donc, plus que les compétences ou expériences, c’est d’abord une recherche géographique qui doit permettre de trouver les travailleurs indépendants… Passons…

Le second but, fort louable, est d’essayer de faire en sorte que les freelancers soient au moins aussi bien payés que des salariés. Mais là on aboutit quand même à une surenchère et les tarifs des freelancers occidentaux nous paraissent presque tous surestimés.

Malheureusement, et c’est là où c’est terrible, il n’y a aucun moyen de connaître les projets en cours et de savoir s’il y a une activité réelle sur ce site. Aucun appel d’offres, aucun indice. Parfois un message de la part de quelqu’un, mais zut !, c’est pas vraiment ce profil qu’il cherche, s’aperçoit-il après coup…

Il y a bien quelques initiatives sympathiques, comme des réunions de freelancers pour des échanges conviviaux et pour lutter contre l’isolement dont ils seraient victimes, mais il reste à prouver que cela apporte vraiment du travail.

Pour conclure, malgré les bonnes intentions c’est une plateforme très décevante, ce qui ne l’empêche pas de lever des millions de fonds d’investisseurs pour elle-même. Il ne doit pas en rester grand-chose pour ces pauvres freelancers. Et contrairement à UpWork, du boulot, il ne semble pas y en avoir du tout, ou seulement pour certains privilégiés.

Twago

Twago est une plateforme européenne basée en Allemagne. Il s’agit normalement d’une plateforme gratuite mais lors de la création de votre profil, on vous pousse déjà la main à outrance pour acheter ceci ou cela (prestations qui nous semblent inutiles, via un système de crédits). Nous estimons qu’il est possible d’obtenir un contrat ou un autre grâce à cette plateforme de travail freelance. Malheureusement, les budgets nous paraissent souvent très (trop) bas.

Comme sur UpWork, nous sommes abonnés aux offres qui pourraient nous convenir, mais souvent Twago envoie des offres qui ne correspondent pas à notre profil. Manque de projets ? Système à revoir ?

Nous avons testé la liste des entrées de projets en français publiés dans les dernières 24 heures, nous n’obtenons qu’un seul résultat. Sur UpWork, il y en a une dizaine…

Bref, comme pour Hopwork, nous n’avons pas encore pu encore obtenir de travail via cette plateforme. Mais nous lui laissons une chance, car Twago nous semble beaucoup plus transparent qu’Hopwork.

Conclusion

Nous terminerons cet article par une mise en garde : sur toutes les plateformes de télétravail, y compris (et surtout) les plus renommées, on assiste à une recrudescence des arnaques en tout genre, même en excluant le dumping. Ces arnaques sont de plus en plus difficiles à repérer car les personnes derrière ces « combines » ont des moyens de plus en plus subtils pour faire croire qu’ils sont légitimes (fausses étoiles, avis favorables bidon, etc.). Méfiez-vous donc des opportunités trop belles pour être vraies ou encore des projets où vous devez régler des frais avant d’avoir reçu votre salaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *